• Quelle alimentation après l’entrainement pour sculpter son corps

    Quelle alimentation après l’entrainement pour sculpter son corps

    Le sport exige une discipline de fer de la part de ses pratiquants. Amateurs et professionnels doivent notamment respecter certaines règles en matière de nutrition. Il faut ainsi être attentif à l’alimentation avant, pendant et après un entrainement. Voici quelques conseils en ce sens.

     

    Les règles alimentaires avant un exercice physique

    Dès le troisième jour qui précède une compétition, les sportifs doivent commencer à faire attention à leurs menus. Tous les aliments riches en fibres (notamment les légumes) doivent être bannis dans la mesure où ils peuvent causer des troubles digestifs. Les plats trop riches sont également à proscrire, également pour ne pas perturber le système digestif. Le sportif devra notamment faire l’impasse sur les sauces et les préparations pleines de gras saturés.

    A la place, consommez des glucides complexes comme le pain, le riz ou les pommes de terre. Les lipides et les protéines doivent être soigneusement sélectionnés, ces aliments permettant d’enrichir la réserve d’énergie.

     

    Le dernier repas avant les épreuves

    Le jour J, il faut tenir compte du fait que la digestion dure au moins 3 heures. Il faut donc se sustenter au plus tard 3 heures avant la compétition. Et il faut, une fois de plus, respecter certaines règles. Le repas ne doit pas être trop riche. Le menu idéal comprend nécessairement des sucres complexes et des protéines qui sont facilement digérés (produits laitiers, jambon cuit…). Les sucres simples sont à éviter (boissons gazeuses, jus de fruits trop sucrés…). Parmi les aliments qui n’auront pas leur place au menu, on retrouve aussi les gras (friture, charcuterie, poisson gras, œuf, fromage, chocolat…), les fibres et les boissons gazeuses. Concernant justement les boissons, il faut souligner que le corps a besoin d’une bonne hydratation (entre 1,5 et 3L) à répartir tout au long de la journée.

     

    L’alimentation juste avant et pendant l’effort

    Juste avant de se lancer dans la compétition, il est préférable de ne plus rien prendre, surtout pas de sucres rapides qui pourraient causer une hyperglycémie suivie d’une hypoglycémie durant l’effort. Quoi qu’il en soit, il est envisageable de consommer un breuvage contenant du fructose. S’il s’agit d’un sport nécessitant de l’endurance, le sportif peut prendre un produit énergétique contenant des sucres lents.

    Au cœur de l’effort, il est conseillé de se désaltérer régulièrement, à raison de 200 millilitres tous les quarts d’heure pour éviter l’hyperthermie. Cette précaution épargne également des crampes. A souligner que les boissons spécialement formulées pour les personnes fournissant des efforts ne conviennent pas. Affichant une forte concentration, ce type de breuvage peut altérer l’évacuation gastrique et la respiration.

     

    Après la compétition

    Après avoir fourni des efforts dans le cadre de la compétition, il ne faut surtout pas se ruer sur des aliments riches en calories sous le prétexte de combler les calories précédemment dépensées, sous peine de récupérer des kilos indésirables. Il est également recommandé de ne pas consommer de viande rouge, un produit qui ralentit l’évacuation de l’acide lactique. Pendant que le corps récupère, le sportif privilégiera les breuvages alcalins contenant du bicarbonate et du sucre, l’eau plate ou encore du jus de fruits fraîchement préparé. Pour retrouver des forces, il prendra un repas à base de sucres lents. Et il ne faut pas oublier les fruits et les légumes qui apportent une bonne dose de vitamines.

    Leave a reply →

Faire un commentaire

Cancel reply